Mécontents ou satisfaits de l’action de leur chancelière, les experts économiques allemands ont commencé à faire de la politique. Depuis le 5 juillet, ils lancent des appels suivis de contre-appels pour condamner ou soutenir la politique d’Angela Merkel dans la crise de l’euro.

La première salve a été tirée par le très écouté patron de l’Institut économique Ifo à Munich, rapporte le Spiegel-Online. Hans-Werner Sinn, qui défend l’idée que la politique de sauvetage des pays européens en difficulté nuit à l’Allemagne, a rassemblé 170 signatures d’économistes appellant leurs “chers concitoyens” à mettre les parlementaires en garde contre une politique dangereuse et stopper l’union bancaire. Cette dernière, selon les signataires, va obliger les “pays solides” tel que l’Allemagne à assumer des risques toujours plus importants à la place de leurs partenaires endettés.

La riposte est venue d’économistes proches à la fois du patronat et des syndicats. Ils jugent l’appel de leurs confrères “dangereux” et dépourvu d’arguments économiques, et défendent la politique de la chancelière en insistant sur un point : le Mécanisme européen de stabilité (MES), qui doit entrer en vigueur ce mois-ci, ne servira à financer directement les banques en crise qu’après l’instauration d’instances de contrôle à l’échelle européenne.