Cover

“L'Eglise recevra 37 millions d'euros de l'Etat, la séparation ne se dessine pas", titre Pravda. La révocation par le Pape, le 1er juillet, de Róbert Bezák, le populaire archevêque de Trnava, a provoqué une vague de protestations contre l'Eglise catholique et déclenché un débat public sur son financement par l’Etat. En 2012, ce dernier versera 37 millions aux différentes organisations religieuses, dont 21 seront destinés à la seule Eglise catholique, précise le quotidien de Bratislava.

“Pour un Etat qui doit penser à chaque dépense, c'est une charge immense,” commente Pravda, qui dénonce le fait qu’aucun gouvernement n'a encore osé ouvrir le débat sur la séparation entre l'Eglise et l'Etat.

Si le débat est vif dans ce pays traditionnellement catholique, c’est notamment parce que l'archevêque Bezák, connu pour son libéralisme, a été révoqué après avoir démontré les malversions dans la comptabilité de l'archidiocèse de Trnava, qui auraient eu lieu sous son prédécesseur, rappelle le journal de Bratislava. Mais aussi, parce que chez le voisin tchèque, le Parlement discute actuellement de l'indemnisation des Eglises spoliées sous le régime communiste, mentionne The Economist.