Cover

Le dernier doute qui subsistait autour de l'élection présidentielle du 20 juin est désormais levé : Jarosław Kaczyński, le chef du parti d'opposition Droit et justice (PiS), a annoncé sa candidature. Le 26 avril, il s'est dit prêt à accomplir la "mission" qui était celle de son frère Lech et de "l'élite polonaise patriote", tués dans l'accident d'avion du 10 avril dernier près de Smolensk (Russie). Les sondages montrent qu'avec 27% des intentions de vote, Jarosław Kaczyński est le seul candidat capable d'affronter le chef d'Etat par intérim, Bronisław Komorowski, de la Plate-forme civique (PO), le parti au pouvoir qui, pour sa part, recueille 47% des intentions de vote. "Une guerre des nerfs et l'attente de savoir qui tirera le premier, commence", écrit Polska. De son côté, Gazeta Wyborcza s'opposeà une campagne qui diviserait les Polonais entre ceux "vertueux"- qui voteraient pour le frère jumeau du président décédé – et les "non vertueux". "Que le débat porte sur les idées et que nul ne soit exclu de la communauté nationale", plaide le journal conservateur.