Le gouvernement tchèque peut souffler : il a enfin réussi à débloquer de précieuses subventions européennes, retenues depuis février à Bruxelles en attendant que Prague fasse des efforts en matière de lutte contre la corruption. Courant août, “Bruxelles a rétabli les subventions. La Tchéquie a obtenu les 9 premiers milliards de couronnes” (environ 360 millions d'euros), note ainsi Hospodářské Noviny. Selon le ministère des Finances, le pays compte obtenir d’ici la fin de l’année environ 29 milliards de couronnes (environ 1,2 milliard d'euros) pour des programmes d’infrastructures en cours et dont le paiement a été anticipé par l’Etat.

La Commision a décidé de suspendre le versement des subventions européennes à la République tchèque après avoir constaté des irrégularités dans les audits envoyés à Bruxelles ainsi que plusieurs affaires de corruption. Mais, explique le journal, l’arrestation de l’ancien gouverneur de Bohême centrale David Rath, en juin, de même que le travail mené ces derniers mois par la police et les procureurs, a apporté à Bruxelles l’espoir que les Tchèques s’engagent à rendre la distribution des subventions européennes plus correcte :

Comme Bruxelles l'a annoncé, dans la deuxième moitié de juillet, la Tchéquie en réalisant soi disant ‘le plan d'action’ — des exigences demandées par la Commision – a amélioré la situation.