Cover

L’hypothèse d’une coalition de droite comprenant le parti populiste et islamophobe de Geert Wilders – arrivé troisième – s’évapore, explique Trouw. Une semaine après les législatives, l’informateur chargé d’explorer les alliances possibles Uri Rosenthal a en effet tiré la conclusion qu’"une coalition du VVD [libéraux], PVV [le parti de Wilders] et CDA [chrétien-démocrate] est impossible". Le leader du CDA, Maxime Verhagen, avait refusé d’entamer des négociations tant que le VDD et le PVV, les grands vainqueurs des élections législatives du 9 juin, n’étaient pas d’accord sur les grandes lignes de la politique à mener. Wilders, qui souhaite accéder au gouvernement, accuse les chrétiens-démocrates d’avoir tué la coalition dans l’œuf. A présent, Rosenthal va tenter d’explorer la possibilité d’une coalition "violette" entre libéraux, travaillistes, libéraux-démocrates et Verts.