Le conflit territorial entre la Chine et le Japon à propos des îles Senkaku ou Diaoyu (selon qu'on les nomme en japonais ou en chinois) est une aubaine pour l’industrie slovaque, rapporte Pravda. Car les Chinois boycottent les voitures japonaises et se tournent vers des modèles allemands. Or,

c'est à Bratislava que la société Volkswagen produit ses trois gros modèles de sport demandés en Chine. Les ventes d’Audi et de Volkswagen ont augmenté de 20 % en septembre. En Chine, les gens riches achètent des voitures de luxe en grand nombre et on n’y sent pas tellement la crise.

Avant la crise diplomatique entre Pékin et Tokyo, les marques japonaises représentaient 20% du marché chinois. En septembre, les ventes de Toyota, la marque la plus vendue au monde, ont chuté de 40 % dans le pays. A l’inverse, explique le quotidien, Bratislava étant la seule usine au monde qui produit les Volkswagen Touareg, les Audi Q7, ainsi que la carrosserie de la Porsche Cayenne,

on continue d’y produire des grosses voitures sept jours par semaine et on n’a pas l'intention d'interrompre la production.