"L'Union européenne voit se profiler un accord à minima pour le sommet", titre El País, au sujet de la réunion des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE qui se tient à Bruxelles ces jeudi et vendredi. Pour le quotidien madrilène, l’UE veut "gagner du temps", afin

d’acter la clémence envers la Grèce (Athènes aura deux ans de plus pour respecter les objectifs en matière de réduction du déficit) et finir de négocier, une fois pour toutes, le sauvetage de l'Espagne. Avec la pax romana sur les marchés, tout est plus facile : Berlin a donné hier des signaux clairs selon lesquels les mesures pour Athènes et Madrid sont très, très proches

Néanmoins, “le risque est évident”, ajoute El País:

chaque fois que l’Union essaie de faire discrètement face aux problèmes [...] on termine avec un choc frontal. Ou même pire : les marchés font marche arrière et commencent à faire feu en prenant comme excuse l’incapacité de l’UE à réagir. Cette fois, la difficulté est de trouver un dénouement approprié (et le temps nécessaire) pour l’Espagne et la Grèce, mais aussi de se mettre d’accord sur la meilleure façon d’activer le double bazooka de la BCE et du mécanisme de sauvetage pour mettre fin au cercle vicieux des problèmes financiers et de la crise de la dette. [...] Éviter les collisions est la spécialité maison: c’est pour cette raison que le Nobel de la Paix a été décerné a l’UE. Mais pour cette même raison, il est très peu probable que celui d’Economie lui soit attribué