Cover

"La gaffe de Nick Clegg sur "l'illégalité" de la guerre en Irak pousse aux avertissements juridiques", peut-on lire en Une du Guardian. Alors qu'il remplaçait David Cameron durant la scéance des questions de l'opposition au Premier ministre, le 21 juillet, le vice Premier ministre britannique, en plein échange animé avec jack Straw (ministre des affaires étrangères au début de la guerre en Irak, en 2003), a déclaré : "Nous aurons sans doute à attendre la publication de ses mémoires mais peut-être s'exliquera-t-il un jour sur son rôle dans la plus désatreuse décision de tous les temps : l'invasion illégale de l'Irak." M. Clegg affirme qu'il exprimait son point de vue personnel, mais le Guardian souligne qu'un "avocat international réputé a averti qu'une déclaration d'un ministre dans une situation aussi formelle pourrait entraîner des poursuites internationales contre la Grande-Bretagne".