Cover

Les Européens sont-ils en train de perdre confiance dans la seule institution européenne démocratiquement élue ? A en croire l’International Herald Tribune, qui cite le dernier Parlamètre européen, le sondage sur la connaissance et l’image du Parlement européen, cette dernière a connu “une baisse nette” par rapport à 2008, “lorsque la crise économique européenne a éclos” : 26% des personnes interrogées à travers l’Europe “ont une image ‘négative’ du Parlement, une hausse de 9 points”, note le quotidien américain basé à Paris.

Cela n’est pas sans poser de problèmes, au moment où plusieurs dirigeants européens sont convaincus que la sortie de la crise que traverse l’UE — ”la plus grave en 60 années d’histoire”, écrit le Herald — passera par un renforcement des institutions européennes, à commencer par le Parlement : “L’état actuel du Parlement, y compris les scandales de corruption et l’impression d’un lobbying excessif, soulèvent des doutes quant à cette perspective”. A cela s’ajoute la baisse du taux de participation aux élections européennes, passé de “60 à 40% des inscrits en moins d’un quart de siècle”.

Pendant ce temps”, confie au journal Frederik Erixon, du think-tank European Centre for International Political Economy, “les lobbyistes ont occupé le vide laissé par le lien toujours plus ténu entre les citoyens et les parlementaires”. Ceux-ci, ajoute le quotidien,

sont régulièrement épinglés pour leurs généreuses indemnités et et l’influence qu’ils exercent sur les règlementations. Souvent, des endroits du Parlement donnent l’impression d’une foire fastueuse. Les lobbies des affaires organisent des conférences dans des salles de réunion et des repas dans les salons sur invitation de leurs amis. Elles organisent des expositions — parfois en violation des règles de conduites du Parlement même.

Plusieurs scandales récents ayant impliqué des députés européens ont mené à “la création du premier comité d’éthique” au sein du Parlement, ainsi qu’à l’adoption

pour la première fois, de l’interdiction explicite pour les eurodéputés de recevoir de l’argent en échange d'amendements à la législation. Mais malgré ces changements, les députés sont autorisés à exercer une seconde activité sans limites de salaire et à accepter des vols et des hôtels sans avoir à les déclarer. […] Les règles interdisent aux élus qui rejoignent ou créent des sociétés de lobbying d’utiliser leur accès à vie au Parlement une fois qu’ils ne sont plus en poste. Pourtant, le Parlement n’a demandé à aucun ancien député de rendre son badge. Les lobbyistes enregistrés possèdent plus de 2 900 badges. 12 000 autres peuvent entrer au Parlement à n’importe quel moment sur invitation des députés. […] Les lobbyistes ont un accès direct aux élus à travers des organisations comme Kangaroo Group, qui fait la promotion du libre-échange […] et qui a occupé jusqu’à l’année dernière des bureaux du Parlement gracieusement mis à disposition.

Des règles de conduite existent, mais elles sont régulièrement ignorées”, conclut le journal.