Le Parlement européen a approuvé un budget de compromis pour 2013 qui s'élève à 132,8 milliards d'euros, mettant ainsi fin à une impasse dans laquelle les Etats membres menaçaient les négociations sur un projet de dépenses à long terme, explique le Financial Times. L'accord prévoit une augmentation de 2,9%, moins que les 6,8% que les députés européens et la Commission avaient envisagé initialement. Commentant l'accord, le quotidien économique précise que

en plus de l'augmentation pour 2013, les pays membres vont devoir financer une rallonge de 6 milliards d'euros pour l'année en cours afin de faire face à une avalanche de factures non payées – ce qui a constitué la principale pierre d'achoppement des discussions. Le Royaume-Uni et les autres faucons budgétaires ont loyalement résisté contre cette enveloppe supplémentaire. Bien qu'ils aient été finalement obligés de lâcher du leste, les 6 milliards d'euros en plus restent moins élevés que les 9 milliards demandés par la Commission. Les 3 milliards de différence reviendront sans doute dans les discussions en début d'année prochaine, quand il faudra de nouveau négocier un amendement au budget pour s'acquitter des nouveaux impayés.

Le site EUobserver note que le commissaire au budget Janusz Lewandowski s'inquiète de la permanence de ce problème de manque de cash. Il explique que

le budget approuvé ne sera pas, selon toute vraisemblance, suffisant pour payer les factures à venir … la pression sur le budget 2013 va être énorme. Il y a un risque sérieux que nous soyons à court de fonds rapidement au cours de l'année prochaine.