Cover

“Zeman versus le Prince”, annonce Respekt. Le prince Karel Schwarzenberg a créé la surprise en arrivant deuxième du premier tour de l’élection présidentielle tchèque, les 11 et 12 janvier, avec 23,4% des voix, soit 0,81% de moins que l’ancien Premier ministre Miloš Zeman. Pour l’hebdomadaire, l’affiche du scrutin des 25 et 26 janvier est “très excitante, puisqu’elle représente deux chemins très différents”. Tandis que Zeman, ancien chef du parti social-démocrate représente le “peuple” de la campagne, “la noblesse” du conservateur Schwarzenberg trouve une écho dans les grandes villes.

Longtemps considéré comme un outsider, Karel Schwarzenberg, actuel ministre des Affaires étrangères et chef du parti TOP 09 (conservateur), a réussi à mobiliser une grande parti de l'électorat dans les derniers jours de la campagne. Pour Respekt, cela s’explique “par son charisme, sa campagne très réussie et une histoire personnelle qu’aucun des politiciens tchèques n'offre depuis Václav Havel”.

Issu d'une grande famille aristocratique, Schwarzenberg a dû fuir la Tchécoslovaquie lors de l’arrivée des communistes au pouvoir en 1948. Il est revenu plusieurs fois dans le pays pendant l'ère communiste afin de soutenir les dissidents, puis, en 1989, est devenu le chancelier du président Václav Havel, puis le chef de la diplomatie.

Les 2,5 millions de Tchèques qui ont voté au premier tour (un taux de participation d’environ 60%) “ont donné leur chance aux représentants d'une génération qui a défini le visage du pays depuis les années 90”, commente Hospodářské noviny :

Qui symbolise le changement ? Qui est l'homme du passé, et qui est celui du présent ? Le ministre des Affaires étrangères âgé de 75 ans, ou l’ancien Premier ministre âgé de 68 ans? Avec tout le respect qui leur est dû, la discussion peut faire sourire. Mais il y a une bonne raison derrière tout ça. Les Tchèques qui expriment dans les sondages leur dégoût de la politique ont montré qu'ils refusent les termes de “changement” et de “nouveau départ” et qu’ils ont misé sur la certitude et sur la tradition.