"L'UE sauve les chiots", titre la Tageszeitungde manière ambigüe. Le 8 septembre, les parlementaires européens ont voté la nouvelle directive sur la protection des animaux de laboratoirequi remplace l'ancienne datant de 1986. Les expérimentations animales ne sont permises que si elles servent la recherche sur l'homme, sur les animaux et sur les maladies, et s'il n'existe pas de méthode alternative reconnue par l'UE. Les chrétiens-démocrates n’ont pas soutenu la proposition des Verts de favoriser les expérimentations sur les cellules souches humaines, précise le quotidien berlinois. Aujourd'hui, 12,2 millions d'animaux sont utilisés chaque année dans les 1300 laboratoires dans l'UE.