Cover

"Les syndicats réclament dans la rue la faillite de l'Etat" : ainsi România libera résume en une les enjeux de la mobilisation générale entamée le 20 septembre. "Les grèvistes demandent l'arrêt des licenciements et une hausse du salaire minimum de 600 à 750 lei" [de 150 euros à 200 euros], raconte le quotidien, selon lequel "le Gouvernement n'a même pas l'argent pour maintenir les salaires actuels" et ne souhaite pas modifier le salaire minimum avant deux ans. La semaine devrait être marquée par d’importants mouvements sociaux, à commencer par celui des policiers qui, à defaut de pouvoir arrêter le travail, ont décidé de ne pas verbaliser "pour le plus grand bonheurs des contrevenants".