Cover

Pour son “dernier match en Europe”, Mario Monti, le Premier ministre italien sortant, s’est rendu à Bruxelles au Conseil européen, en vue de convaincre les pays du nord de donner plus de flexibilité économique à l’Italie.

Monti a adressé une lettre aux autres dirigeants de l’UE, dans laquelle il estime que le pays “devrait être en mesure d’exploiter toute marge supplémentaire dans le pacte de stabilité”. Cela permettrait un début de plan de relance, en vue de créer des emplois. Il estime que les pays qui ont mis en place de douloureuses réformes devraient être récompensés.

Malgré le soutien de la France, la chancelière allemande a réagi froidement à cette requête.