"Un groupe de travail russo-kazakh doit annoncer prochainement la construction d'un méga-canal de 700 km, qui reliera la mer Caspienne à la mer Noire", révèle România liberă. Baptisé "Eurasie", ce projet "changera profondément la géopolitique de l'Asie Centrale ; permettra au Kazakhstan, à l’Azerbaïdjan et à l’Iran de devenir des puissances maritimes, et aux Russes de réaliser le rêve de Staline – un canal navigable qui rapprochera la Chine en Europe". Selon le quotidien bucarestois, le projet "ne donnera pas seulement aux Russes la clé d'accès économique et géostratégique de l'Asie" : d’un coût de 25 milliards d’euros, "il facilitera également l’accès aux gisements d’hydrocarbures de la Caspienne et il sera doublé d’un réseau d’autoroutes qui relieront la Russie à la Chine". România liberă a calculé que "si l’on pouvait détourner par ce canal 5% des marchandises qui voyagent actuellement par mer entre la Chine et l’Europe, les pays de transit devraient percevoir près de 2,2 milliards d’euros par an de taxes". Raison de plus, estime le quotidien, pour que l’Union européenne "présente enfin sa Stratégie du Danube*, un fleuve qui se jette, justement, dans la mer Noire*".