Cover

"Le Code du travail vire à droite", constate Adevărul, qui révèle que le gouvernement roumain prépare "à la demande du Fonds monétaire international" (FMI) un texte faisant passer la semaine de travail de 40 à 60 heures, et assouplissant les procédures de licenciement. Ces mesures vont à l’encontre de la directive européenne qui limite le temps de travail à 48 heures par semaine. La Roumanie, tout comme le Royaume-Uni, "pourrait disposer d’une dérogation [opt-out] permettant à une personne de travailler 60 heures par semaine, mais pas plus de six mois" d'affilée par an, affirme le journal. Tandis que les syndicats menacent un "bain de sang", le pays se retrouve pris entre "les exigences du FMI et les avertissements de l'Europe" au sujet de cette loi.