Cover

Le quotidien espagnol ne mâche pas ses mots à l'égard du président de l’Eurogroupe qui a provoqué l'effondrement des marchés européens et la hausse de primes de risque de pays comme l'Espagne et l'Italie, le 25 mars.

Dans un entretien à Reuters et au Financial Times, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem a affirmé que l'exemple de Chypre, où les épargants qui possèdent des dépôts supérieurs à 100 000 euros seront soumis a une décote, pourrait s'appliquer à d'autres pays européens concernés par des plans de sauvetage. Avant de revenir sur cette idée.

Il s’agit d’"un message mortel" pour la sécurité des épargants de la zone euro, dénonce le quotidien, qui accuse Dijsselbloem de suivre le chemin tracé par la chancelière allemande, Angela Merkel.