Cover

Il y a une "Lutte de pouvoir au sommet de la BCE“, constate le Handelsblatt. Selon des rumeurs qui circulent depuis plusieurs jours dans les couloirs de la Banque centrale européenne, Paris soutiendrait Dominique Strauss-Kahn, l'actuel directeur général du Fonds monétaire international, pour succéder à Jean-Claude Trichet en novembre 2011. "Cette indiscrétion est censée porter atteinte au chef de la Bundesbank, Axel Weber“, note le quotidien. Longtemps favori, Weber s'est isolé en critiquant la décision de la BCE d'acheter des obligations d'Etats lourdement endettés. "Le nom de Strauss-Kahn donne une idée du profil du prochain chef de la BCE", estime le journal : "un pragmatique, pas un dogmatique. Un gestionnaire de crise avec le sens des nécessités politiques et non pas un banquier central fixé sur des dangers inflationnistes." Mais il reste improbable que la BCE soit menée à nouveau par un Français. Et le prochain favori pourrait être Mario Draghi, le chef de la banque centrale italienne.