Cover

Dans la nuit du 29 mars, une escadrille de l’aviation russe formée de deux bombardiers stratégiques et de quatre chasseurs partis de Sant-Pétersbourg, a effectué des attaques fictives sur des cibles militaires situées dans la région de Stockholm et dans le sud de la Suède, avant de rentrer à sa base.

L’OTAN a réagi en dépêchant deux intercepteurs danois basés en Lituanie.

Le Svenska Dagbladet note que malgré le fait que Moscou avait prévenu Stockholm de son intention de mener des exercices pendant la période de Pâques, l’aviation suédoise n’était pas en état d’alerte ce soir-là.

Pourtant, le 15 janvier dernier, la ministre de la Défense Karin Enström avait déclaré que "l’objectif de la politique [suédoise] de crise, de sécurité et de défense est d’être en état d’alerte 24 heures sur 24, au cas où l’imprévisible devrait se produire".