La Roumanie fait "discrètement" un premier pas vers l’exploitation du gaz de schiste, annonce Jurnalul naţional. Le 29 avril, le ministère de l’Environnement a donné son feu vert pour l’exploration par des compagnies étrangères, dont l’américaine Chevron, d’éventuels gisements dans la région de Dobrogea (Sud-Est).

La décision "a pris de court la société civile, qui s’attendait à un débat public préalable et, surtout, à la présentation d’études quant à son impact sur l’environnement", écrit le quotidien qui cite la ministre, Rovana Plumb :

Tous les pays de l’UE ont besoin de l’indépendance énergétique et l’exploitation des gaz de schiste est un des moyens d’y parvenir.

La ministre a précisé qu’"il n’y a pas de risque pour l’environnement dans la phase d’exploration, car la technologie de la fracturation hydraulique n’y est pas utilisée" pour vérifier les ressources potentielles de cet hydrocarbure non conventionnel situé plusieurs milliers de mètres sous terre.

A l’annonce de la nouvelle, l’association Vama Verde a organisé une manifestation de protestation à Vama Veche, dans la région de Dobrogea, et d’autres manifestations sont annoncées pour la fin du mois.

La Roumanie suit l’exemple de la Pologne et du Royaume-Uni, les pays européens les plus engagés dans la phase de prospection et d’exploration. D’autres, comme la France, ont décrété un moratoire.