Cover

"Berlusconi attaque les gays", titre La Repubblica. Bien que sa réputation ait été mise à mal, en Italie comme à l’étranger, par la révélation de l'existence d'une nouvelle "amie" mineure, le président du Conseil italien a envenimé la polémique avec l’une de ses blagues devenues sa marque de fabrique : "Il vaut mieux regarder les jolies filles qu’être gay". Alors que les associations homosexuelles protestent vivement, une autre escort-girl impliquée dans une enquête pour trafic de drogue a affirmé aux procureurs avoir reçu de l’argent pour des relations sexuelles avec Silvio Berlusconi. Elle prétend avoir été invitée par le chef du gouvernementà une fête où, avec d’autres filles, elle aurait reçu de l’argent et de la drogue, et aurait pris un bain avec son hôte. Alors que son entourage nie ces accusations, Berlusconi menace de renforcer sa loi très controversée sur les écoutes téléphoniques qui permettrait de suspendre pour une période allant jusqu’à 30 jours les médias qui ne la respectent pas.