Lorsque les médias suédois parlent des émeutes qui secouent Husby, dans la banlieue de Stockholm, ils n’évoquent pas le fait que plus de 80 % des habitants de Husby ne sont pas d’origine suédoise, note Politiken.

Or, estime le quotidien danois de centre gauche, que des villes entières vivent dans une "culture parallèle loin de l’élite suédoise" n’est pas un fait sans importance. Le débat suédois sur la situation dans les quartiers pauvres ressemble "de manière inquiétante" à celui qui s’est tenu au Danemark vers la fin des années 90, poursuit le journal. A l’époque, explique-t-il :

Le centre-gauche a pendant beaucoup trop longtemps laissé la critique d’une politique d’intégration ayant échoué aux voix les plus extrêmes au sein du Parti du Peuple danois. Mais on a qualifié les problèmes d’indécents qui nourrissaient le Parti du Peuple, au lieu de les affronter.

Aujourd’hui, estime Politiken, le centre-gauche suédois doit comprendre, que "l’immigration pose également des défis pour un Etat-providence et qu’il faut en discuter ouvertement."