Cover

La Commission européenne a décidé de mettre l’Espagne "sous étroite surveillance, fatiguée des réformes à moitié et des délais non respectés", note le quotidien. Elle présentera ses recommandations le 29 mai, à Bruxelles.

Les autorités européennes ne déclencheront pas la procédure pour déficit excessif (PDE) contre l’Espagne mais en échange, le commissaire aux Affaires économiques Olli Rehn exigera des réformes supplémentaires sur les retraites, le marché du travail et les politiques actives d’emploi.

Les recommandations de la Commission concernent également la réforme budgétaire, la modernisation de l’administration publique, l’accélération de la réforme du secteur énergétique et la libéralisation des services.