"Le 1er juin, environ un demi-million de manifestants a fêté sur la place Taksim, au centre d’Istanbul, une première vraie victoire sur [le Premier ministre islamo-conservateur Recep Tayyip] Erdogan. Partout en Turquie les manifestants ont demandé la démission du gouvernement", raconte Die Tageszeitung. Les manifestations se sont poursuivies tout le week-end.

La protestation a été déclenchée par un projet de centre commercial dans le parc Gezi, au centre de la ville mais, rappelle le quotidien :

cette fois-ci, l’arrogance d’Erdogan l’a induit en erreur. Le conflit autour du parc s’est transformé en règlement de comptes pour l’interdiction de l’alcool, les pressions à l’université et la répression de la liberté de la parole et de l’impertinence avec laquelle les partisans islamistes se sont imposés en pensant que le pays n’appartient qu’à eux.