Cover

Eleftherotypia évoque "West Side Story", la comédie musicale de Leonard Bernstein pour annoncer la signature, le 26 juin à Athènes, du contrat sur la construction du tronçon européen du gazoduc Transadriatique (TAP), qui doit relier en 2018 le gisement de Shah Deniz, en Azerbaïdjan, au terminal de San Foca (Italie du Sud), en passant par la Grèce et l’Albanie. Réalisé par un consortium regroupant le norvégien Statoil, le suisse Axpo et l’allemand E.ON, en joint-venture avec le britannique BP, il devrait acheminer 10 milliards de m3 en Europe, couvrant ainsi 10% des besoins annuels en gaz naturel du continent.

Lors de l’annonce de la conclusion du contrat, le ministre des Finances grec Yannis Stournaras a évoqué la création de 2 700 emplois. Une bonne nouvelle, note Eleftherotypia, au lendemain de l’échec de la privatisation du groupe gazier DEPA. Le journal ajoute que le groupe chinois Cosco, qui contrôle une partie du port grec du Pirée, participera également au transport du gaz naturel.

L’attribution du contrat à TAP marque une défaite pour Nabucco West, le consortium concurrent soutenu par l’UE et passant par la Roumanie, la Hongrie, la Bulgarie et l’Autriche. A Vienne, Die Presse rappelle que "ce projet existe depuis 2002 et devait faire du groupe pétrolier autrichien OMV un "acteur global"". Le quotidien note que

ce rêve ne s’est pas réalisé. Les énormes quantités de gaz en Azerbaïdjan seront transportées via le réseau d’un concurrent. Ainsi l’OMV reste sur des frais de projet [qui s’élèvent à 50 millions d’euros].