Plusieurs pays européens ont refusé d’accueillir l’ancien expert de la National Security Agency (NSA) américaine, recherché par Washington pour avoir dévoilé l’espionnage exercé par les Etats-Unis sur ses alliés, et réfugié à l’aéroport de Moscou.

Le 2 juillet, la Finlande a rejeté sa demande d’asile, affirmant qu’elle devait être déposée sur son territoire, explique Hufvudstadsbladet. L’Allemagne, l’Autriche, l’Espagne, la Norvège, la Pologne et la Suisse ont exprimé la même position.

Dans la soirée, l’avion du président bolivien Evo Morales, en provenance de Moscou, a été contraint d’atterrir à Vienne car la France, l’Espagne, l’Italie et le Portugal, lui avaient en effet brusquement refusé le droit de survol, craignant que Snowden ne se trouve à son bord, ce qu’ont ensuite démenti les autorités autrichiennes et boliviennes.