Cover

A quatre jours de l’Eurogroupe qui doit donner son aval au déblocage d’une nouvelle tranche d’aides de 8,1 milliards d’euros, le gouvernement et la Troïka des créditeurs internationaux (UE, BCE, FMI) négocient encore le nombre de fonctionnaires devant être licenciés.

Le 4 juillet, Poul Thomsen, le chef de la délégation du FMI à Athènes, a demandé la suppression de "plus de 15 000 postes" dans la fonction publique, rapporte Eleftherotypia.

Le ministre de la Réforme administrative, Kyriakos Mitsotakis, qui s’était auparavant engagé sur ce même chiffre, a pour sa part proposé un plan prévoyant 6 256 licenciements, dont 2 656 au sein de l’audiovisuel public ERT, ainsi que la mutation de 12 500 fonctionnaires de l’Education nationale et des municipalités jusqu’à présent en disponibilité.