Cover

Dans sa dernière évaluation sur la situation en Italie, le FMI a demandé à Rome de ne pas supprimer l’IMU, l’impôt foncier introduit par l’ancien gouvernement de Mario Monti.

Un avis qui pourrait embarrasser le Premier ministre Enrico Letta, car la suppression de cette taxe était la condition posée par Silvio Berlusconi pour que son parti participe à la coalition gouvernementale, explique Corriere della Sera.

Selon le quotidien milanais, Letta pourrait être obligé de désobéir au FMI et de trouver de l’argent ailleurs – certainement en augmentant la TVA.