Cover

Une motion déposée par les Sociaux démocrates le 17 juillet pour dissoudre le Parlement tchèque a été rejetée par les députés, rendant toute élection improbable avant celles déjà prévues au printemps 2014, rapporte Lidové Noviny.

Bien qu’ayant été éjectée du gouvernement après la démission du Premier ministre Petr Nečas à la suite d’un scandale de corruption, la coalition de centre-droit (composée du Parti civique démocrate (ODS), de TOP09 et de LIDEM) s’obstine à vouloir prendre la relève du gouvernement intérimaire, arguant qu’ils ont le soutien de 101 députés, c’est à dire suffisamment pour avoir la majorité parlementaire.

D’ici trois semaines, gouvernement actuel, dirigé par Jiří Rusnok, sera soumis à un vote de confiance au Parlement. S’il ne l’obtient pas, ce qui semble probable, le président devra désigner un nouveau Premier ministre.