Cover

"Adieu au maître de la comédie à l'italienne", titre La Stampa, au lendemain de la mort de Mario Monicelli. Le réalisateur du Pigeon (1958) et de Mes chers amis (1975) s'est suicidé en se jetant de la fenêtre de sa chambre d'hôpital, à Rome. Il avait 95 ans et souffrait d'un cancer à la prostrate en phase terminale. "Ces derniers mois, il avait adhéré aux protestations contre les coupes au budget de la culture, il avait incité les jeunes à se rébeller pour un avenir meilleur, il s'était plaint du fait que le cinéma d'aujourd'hui ne parvenait pas à raconter l'Italie telle qu'elle est, mais il n'a pas réussi à voir un avenir pour lui-même", écrit à son sujet La Stampa. Dans un pays où l'euthanasie est un sujet tabou, sa mort sonne comme un dernier cri de liberté, dans une vie anarchique : "il a voulu décider tout tout seul jusqu'à la fin, comme dans ses films", a ainsi commenté le critique de cinéma Paolo Mereghetti sur le site du Corriere della Sera.