"Plusieurs députés européens hongrois et roumains, dont l’ex vice-président de l’assemblée Laszlo Tökes, ont saisi la Commission européenne" pour qu’elle s’oppose au démarrage de l’exploitation de la mine d’or et d’argent de Roşia Montana, écrit Adevărul.

Dans une lettre envoyée au commissaire européen à l’Environnement, Janez Potočnik, les eurodéputés lui demandent d’intervenir "avec fermeté" contre les technologies à base de cyanure envisagées pour l’extraction des métaux précieux. En 2010, rappelle le journal, le Parlement avait déjà demandé à la Commission d’interdire l’utilisation du cyanure dans les mines.

Le 2 septembre, la Hongrie a écrit, à la Roumanie et à la Commission européenne pour s’opposer à la réouverture de Roşia Montana, car elle craint une nouvelle catastrophe écologique à ses frontières : en 2000, à Baia Mare, 100 000 tonnes de cyanure étaient déversées dans les rivières Somes et Tisza, provoquant une catastrophe écologique qui a frappé également la Hongrie.