Le 26 septembre, la Cour constitutionnelle a retoqué six amendements au Code du travail introduits en 2012 afin de rendre plus flexible le marché du travail sous prétexte qu'ils sont contraires à la Constitution, rapporte Diario de Notícias.

Les entreprises qui avaient licencié des salariés qui ne correspondaient plus à certains postes — une clause introduite par les amendements — devront les réintégrer.

La Cour a en revanche approuvé d’autres mesures destinées à accroître la compétitivité des entreprises, comme l’annulation de quatre jours fériés.