Cover

Le 14 octobre, et sur une initiative du gouvernement allemand, les ministres européens de l’Environnement ont repoussé sine die leur vote sur des règles plus strictes pour contrôler les émissions de CO2 d’ici 2020, qui viseraient en priorité les grosses berlines allemandes, explique Handelsblatt.

"L’industrie automobile peut compter sur [Angela] Merkel", ironise le quotidien en démontrant à quel point la politique et le lobby de l’automobile sont étroitement liés en Allemagne:

Le report est un succès pour Merkel. Ainsi elle a accordé une pause à l’industrie allemande qui lui permet de souffler. C’est ce que les grands constructeurs automobiles lui avaient demandé avec insistance. Une liste du gouvernement, dont Handelsblatt a pris connaissance, démontre à quel point les contacts entre le gouvernement et les patrons de l’automobile sont intenses : pendant la dernière législature, les PDG de l’industrie automobile ont était accueillis 65 fois à la chancellerie. Ce rapport personnel ne [leur] a pas été défavorable.