Cover

"Détendez-vous !", titre Die Welt qui consacre sa Une à "l’Allemagne, une nation de stressés" après la publication le 30 octobre des résultats d’un sondage réalisé par l’institut Forsa qui montrent que "plus de la moitié des Allemands se sentent sous pression : dans leur travail, au sein de leurs familles et à cause des soucis financiers". Les femmes entre 35 et 45 ans souffrent particulièrement du fait d’être trop exigeantes avec elles-mêmes et de ne pas réussir à concilier les enfants et leurs carrières.

"Le travail est devenu le facteur de stress numéro 1", explique Die Welt, tandis que Handelsblatt salue "le miracle de l’emploi". Le quotidien économique rappelle que 42,2 millions d’Allemands ont actuellement un travail, un niveau jamais atteint depuis la réunification allemande. Une étude de l’institut d’études économiques Ifo citée par le Handelsblatt rappelle que 1,5 millions d’emplois ont été créés ces cinq dernières années et cette tendance devrait se confirmer.

Face à ces chiffres, la Frankfurter Allgemeine Zeitung ne comprend pas l’inquiétude des Allemands :

Il n’y a que les Allemands pour le faire : pour la première fois, 42 millions de personnes ont un travail en Allemagne et pourtant, l’opinion publique n’arrête pas de se plaindre des conditions du marché du travail. Il n’y a guère de gouvernement sur terre qui n’échangerait pas immédiatement ces conditions contre celles de son propre pays. Mais tandis que la moitié du monde essaie de copier le “miracle du travail allemand”, leurs créateurs perdent de vue l’ensemble de tout cela.