Cover

“Le gouvernement est-il en passe de perdre sa majorité parlementaire ?”, se demande Gazeta Wyborcza après qu’un scandale de corruption ait éclaboussé les rangs de la Plateforme civique,le principal parti de la coalition au pouvoir, soulevant des craintes que cette crise puisse provoquer des élections anticipées.

Mercredi, la PO a suspendu deux de ses membres, dont le député Norbert Wojnarowski, après que la presse ait révélé un enregistrement dans lequel ce dernier semble proposer un emploi dans une entreprise publique à un membre du parti en échange de son soutien à un autre membre du Parlement, Jacek Protasiewicz, lors d’un scrutin au sein du parti en Basse Silésie.

La coalition au pouvoir ne dispose que d’une courte majorité (deux députés) et ce scandale arrive quelques jours avant une série de votes décisifs au Parlement, dont celui sur le budget de 2014. Dans son éditorial, le quotidien note

Cet enregistrement entre membres de la Plateforme civique montre que ces derniers considèrent le parti comme une agence de recherche d’emploi. Ils utilisent des postes dans des entreprises d’Etat comme une monnaie d’échange pour s’acheter la fidélité d’autres membres du parti.