Un rapport présenté le 4 novembre par le député européen Søren Bo Søndergaard (GUE-NGL), membre de la Commission du contrôle budgétaire, critique l’Italie pour sa gestion des 493,7 millions d’euros de fonds européens alloués à la reconstruction de L’Aquila, après le tremblement de terre qui avait provoqué plus de 300 victimes en avril 2009, rapporte La Repubblica.

Le rapport cite les dénonciations de l’association anti-mafia Libera et établit qu’“une partie des fonds ont été payés à des sociétés ayant des liens directs ou indirects avec la criminalité organisée” et que les dépenses sont systématiquement gonflées, malgré l’utilisation de matériaux et de techniques de qualité inférieure aux standards de l’UE. Søndergaard demande par ailleurs que l’Italie soit contrainte à rendre les fonds déjà utilisés — environ 350 millions d’euros — car elle aurait violé la règle selon laquelle les projets réalisés avec des fonds européens ne doivent pas générer de bénéfices, alors que les logements construits à L’Aquila seront loués.

Le rapport pointe également du doigt la Commission européenne, qui n’aurait pas été suffisamment vigilante quant à l’utilisation de l’argent du contribuable européen et aurait au contraire “couvert” les abus du gouvernement italien de l’époque. La Commission a rejeté les conclusions du rapport, le qualifiant de “confus” et se disant inquiète par ses possibles “conséquences médiatiques”.