Cover

Après une grève de la faim dans le camp de Harmanli (sud) pour protester contre les mauvaises conditions d’hébergement, c’est au tour d’un centre d’accueil de Sofia de s’insurger après la mort d’un Syrien de 35 ans, rapporte Sega.

Arrivé dans la capitale avec sa femme et ses trois enfants, l’homme se serait plaint, en vain, à plusieurs reprises de douleurs à la poitrine. Il est décédé d’un infarctus, selon les médecins des urgences qui ne sont arrivés qu’après sa mort.

Ses compatriotes ont jeté des pierres sur l’ambulance ainsi que sur les gendarmes appelés en renfort. Depuis le début de cet été, quelque 10 000 personnes, essentiellement des Syriens fuyant la guerre, ont franchi illégalement la frontière du pays. Soit le double de ce que la Bulgarie peut accueillir, selon les autorités de Sofia.