“La libre circulation ne devrait pas vouloir dire exporter le paiement des allocations familiales”, affirme le Premier ministre David Cameron dans une tribune publiée par le Financial Times, dans laquelle il trace son plan pour limiter le versement des allocations de chômage aux nouveaux immigrés en provenance de l’Union européenne, à quelques semaines de la levée des restrictions à la circulation des travailleurs roumains et bulgares, le 1er janvier prochain.

Cameron dévoile une série de mesures afin de dissuader les immigrés potentiels de se rendre au Royaume-Uni, y compris un moratoire sur le versement des allocations chômage les trois premiers mois qui suivent leur arrivée, et une limite de six mois pour leur versement.

Des critères de revenu minimum pour les travailleurs à temps partiels qui demandent des allocations complémentaires ainsi qu’un gel des aides au logement pour les nouveaux arrivants sont également prévus.

Le Times, qui titre que “les migrants provenant de l’UE subiront de nouvelles réductions massives des allocations”, ajoute que l’Autriche, l’Allemagne et les Pays-Bas ont fait également part de leur préoccupation quant à un éventuel afflux d’immigrés à partir du 1er janvier. Malgré cela, poursuit le quotidien,

La Commission européenne devrait se saisit de ce paquet de mesures en vertu de la directive sur la liberté de circulation, même si des sources gouvernementales se sont dites confiantes sur la légalité des mesures annoncées par Cameron. Dans son esprit, cette initiative deviendra un argument de discorde essentiel avec Bruxelles, car il a estimé qu’il est temps pour une nouvel accord qui définisse le droit de voyager, de vivre et de travailler au sein de l’UE.