Cover

Le 27 novembre, le Sénat a voté la déchéance de Silvio Berlusconi de son siège de sénateur, en raison de sa condamnation définitive pour évasion fiscale, en août dernier, rapporte La Stampa.

Le “Cavaliere”, qui tenait un meeting au moment du vote, a déclaré qu’il s’agissait d’“un jour noir pour la démocratie” et qu’il continuerait de “se battre pour la démocratie” en dehors du Parlement, ajoute le quotidien.

Egalement privé de son immunité parlementaire, l’ancien Premier ministre pourrait être arrêté dans le cadre des procès et des enquêtes dont il est l’objet : une condamnation en première instance pour induction à la prostitution, un procès pour corruption de sénateur et un autre pour corruption de témoin.