Cover

"Le gouvernement a survécu à la première crise, mais la coalition est divisée", constate Hospodářské noviny. Le 21 décembre, les députés tchèques ont rejeté une motion de censure présentée par l’opposition contre le gouvernement libéral de Petr Nečas constitué fin juin 2010. Celui-ci est touché par la démission du ministre de l´Environnement, Pavel Drobil, impliqué dans un scandale de corruption. Le quotidien explique que l’ODS, le parti de Nečas, et son allié Affaires publiques, qui a bâti son succès sur l’appel à la lutte contre la corruption, "ne se faisaient plus confiance". Mais réconciliés par le président de la République Václav Klaus, les partis de la coalition, qui inclut aussi le parti TOP 09, ont rejeté la motion, et "ont même trouvé un accord sur la préparation d’une stratégie anti-corruption", note Hospodářské noviny.