Cover

"Le Portugal subit une pression maximale en cette semaine décisive", titre i, alors que l'Allemagne, la France et la Commission européenne multiplient discrètement les appels à Lisbonne afin qu'elle demande la mise en place d'un plan de sauvetage à l'Union européenne et au Fonds monétaire international pour éviter la banqueroute. Les prochains jours sont en effet cruciaux pour le pays, qui doit émettre deux lots d'obligations d'Etat le 12 janvier, dont il espère tirer entre 750 millions et 1,2 milliards d'euros. Selon les experts, si le taux d'intérêt sur les bons du trésor portugais à dix ans — actuellement à 6,43% — devaient passer la barre des 7%, un plan de sauvetage, estimé à 60-80 milliards d'euros, serait inévitable. Le gouvernement portugais dément toute pression de la part des partenaires européens, "mais si ces pressions n'existent pas sur le plan privé, en public, elles apparaissent clairement sur les premières pages des journaux", note le quotidien lisboète.