Cover

"Nous sommes prêts à quitter Mirafiori" : le Corriere della Sera reprend en une la menace du PDG de Fiat, Sergio Marchionne, qui a annoncé qu’il fermerait l’usine historique de Mirafiori, près de Turin, si les 5 500 salariés qui y travaillent rejetaient, lors d'un référendum prévu les 13 et 14 janvier,l’accord modifiant leurs conditions de travail. Signé fin décembre par la plupart des syndicats, l’accord, explique le Corriere, prévoit un assouplissement des horaires des salariés en échange d’un investissement de plus d’un milliard d’euros dans l’usine. Opposé à l’accord, le syndicat des métallos (Fiom) accuse Fiat de pratiquer une politique du "chantage", après le référendum sur l’usine de Pomigliano d’Arco, et de comportement antisyndical, en excluant les fédérations qui, comme elle, refusent de signer les accords.