"La Cour d’Appel de Budapest a confirmé le 2 juillet la dissolution de la Garde Hongroise", annonce Cotidianul. La Cour a ainsi confirmé la décision du Tribunal, qui avait condamné en décembre dernier l'organisation d'extrême droite pour "ses actions répétées d’intimidation et de discrimination envers les Roms hongrois", note le quotidien de Bucarest, pour qui "la Cour met ainsi fin à une longue série d’actions violentes, car les membres de la garde ont crée une atmosphère de peur et ses activités ont bafoué la dignité de la minorité Rom".

Le journal rappelle également le récent assassinat d’un homme et de son fils par des membres de la Garde. Créée en 2007 par le parti d'extrême droite Jobbik (qui a obtenu 15 % des voix et 3 sièges aux dernières élections européennes), la Garde a menacé de mener des actions violentes contre la Roumanie et la Slovaquie, où vivent des minorités Rom.