Des hackers ont subtilisé et revendu des quotas de CO2 de plusieurs pays européens, rapporte Libération. "Pas de portes forcées, de coffres-forts déchiquetés à la nitroglycérine… Mais juste des systèmes informatiques des registres nationaux partiellement vidés des permis à polluer" de plusieurs grandes sociétés autrichiennes, grecques, tchèques, polonaises et estoniennes. Celles-ci ont découvert l’ampleur du casse le 19 janvier. Selon la Commission européenne, les cyberfraudeurs ont emporté des permis pour environ 3 millions de tonnes de CO2, pour une valeur de 200 millions d’euros. "Ce casse risque de ternir un peu plus la crédibilité de ce jeune marché européen du carbone ", un marché "créé de toutes pièces par l’UE en 2005 pour limiter les émissions de carbone provenant de l’industrie", écrit Libération. Depuis 2007 ce marché fait régulièrementl’objet d’attaques de la part d’escrocs du Net.