"La consommation européenne menace l'Amazonie", accuse Público, qui reprend les éléments contenus dans un rapport de l'ONG Amis de la Terre publié le 25 janvier et qui tire la sonnette d'alarme sur l'état de conservation de la forêt amazonienne. Celle-ci, note le rapport, pourrait être "dramatiquement réduite" en 2020, "à cause de la forte augmentation de la consommation européenne de viande, de biocarburants et de fourrages en provenance du Brésil", un phenomène "qui pourrait augmenter de manière exponentielle pendant cette décennie".

Le quotidien rappelle que l'UE est le premier importateur d'éthanol et le quatrième importateur de viande, et l'un des principaux marchés pour le soja transgénique. La consommation de ces "trois piliers de l'économie brésilienne" provoque une destruction permanente de la forêt amazonienne avec de "graves conséquences pour le climat, la biodiversité et la vie de milliers de personnes", dénonce Adrian Bebb, responsable pour l'agriculture et l'alimentation au sein des Amis de la Terre. Público se fait écho des exigences de plusieurs groupes écologistes, qui démandent à l'UE de "revoir sa Politique agricole commune (PAC)", qui représente 40% de son budget, et dont la révision a été débattue par les ministres de l'Agriculture le 24 janvier.