"Loukachenko marchande avec l’UE", titre Dziennik Gazeta Prawna au moment où les ministres européens des Affaires étrangères doivent décider quels types de sanctions imposer au gouvernement biélorusse pour avoir brutalement réprimé l’opposition en décembre dernier, lors des élections présidentielles. Selon le quotidien de Varsovie, Bruxelles devrait interdire d’accès à l’UE quelque 160 hauts fonctionnaires biélorusses parmi lesquels le président et son fils. Une suspension du commerce entre les entreprises européennes et l’industrie énergétique biélorusse, source principale de richesse du régime de Minsk, est également envisagée. Pendant que Bruxelles discute, Loukachenko a subitement décidé de libérer deux opposants arrêtés en décembre dernier. "De cette façon, analyse DGP, le régime commence un nouveau marchandage avec Bruxelles : d’autres prisonniers politiques seront libérés si l’UE s’abstient de voter des sanctions".