Cover

"La juge : les meurtriers aussi ont des droits". Alors que la Cour constitutionnelle allemandecommence à évaluer les plaintes déposées par quatre détenus en rétention de sûreté alors qu’ils ont déjà purgé leur peine. La Tageszeitungpublie une interview avec une ancienne juge allemande de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). La magistrate rappelle que la CEDH a déjà demandé à l’Allemagne de libérer une centaine de détenus qui sont toujours en prison bien qu’ils aient purgé leur peine, en raison de leur dangerosité supposée. Selon la Cour en effet, la loi allemande qui établit la rétroactivité de la rétention de sûreté est illégale. "C'est le respect de la convention des droits de l'homme en Allemagne qui est en jeu", s'alarme le quotidien. La cour de Karlsruhe rendra son jugement dans quelques mois.