Cover

Le gouvernement tchèque admet que le système de santé est menacé par la protestation des médecins. "Le plan de crise : l'armée aidera", annonce ainsi Hospodářské noviny. Environ 4 000 médecins hospitaliers du mouvement "Merci, nous partons" menacent de quitter le pays à la fin du mois s'ils n'obtiennent pas d'amélioration de leurs conditions de travail et un plan contre la corruption dans le système de santé. "Un scénario de crise a été dessinée par le Premier ministre Petr Nečas", explique le quotidien : "Mobilisation des médecins et des moyens de l'armée pour le transfert des patients, fermeture des hôpitaux qui perdront beaucoup de médecins, déplacement des médecins des hôpitaux fermés vers ceux où le service médical restera assuré.“ Les discussions entre le syndicat des médecins et le ministre de la Santé se poursuivent, alors que le mouvement n'est soutenu que par un tiers de la population tchèque, note Hospodářské noviny.