L’Europe doit rester aux mains des Européens”! Lors de la 26e édition de l’Université d’été de Băile Tuşnad, en Transylvanie (Roumanie), Viktor Orbán a encore une fois bousculé l’opinion publique européenne. Lors de son intervention, aux côtés de plusieurs autres responsables politiques magyars de Hongrie et de Roumanie, dimanche 26 juillet, le Premier ministre hongrois a annoncé la finalisation du mur long de 175 km qui doit marquer la frontière entre la Serbie et la Hongrie, rapporte le quotidien roumain Adevărul. Devant les plus de 60 000 personnes venues selon les organisateurs dans cette ville thermale peuplée à 90% de Sicules (Hongrois de Roumanie), Orbán a également expliqué les raisons de la construction du mur et du refus de la Hongrie de participer au plan de répartition des demandeurs d’asile de la Commission européenne.

Pour le Premier ministre hongrois, note Adevărul,

l’immigration illégale est liée au terrorisme et provoque une augmentation de la délinquance et du chômage. C’est une menace envers la Hongrie, l’Europe et nos valeurs communes.

Pour soutenir ses affirmations, Orbán a expliqué que, selon son gouvernement, dans les États où le nombre d’immigrants est important, le nombre des chômeurs augmente. De plus, résume Adevărul, pour le chef du gouvernement conservateur, le multiculturalisme est responsable de ce qui se passe dans l’UE, et si la plupart des européens ont cru, il y a 30 ans, qu’il représente une solution à nos problèmes sociaux, c’est évident qu’il est la cause des problèmes”.

Quant au mur le long de la frontière serbe, très critiqué par les partenaires européens de Budapest, Orbán considère que son pays est en droit de s’opposer à la vague d’immigrants clandestins qu’il dénonce. Ainsi, rapporte le quotidien de Bucarest, le Premier ministre magyar a affirmé que

plus de 66 % des Hongrois considèrent que les immigrants représentent un problème. Si la politique bruxelloise a échoué, notre devoir est de nous protéger. L’enjeu, c’est l’Europe elle-même, l’existence ou la disparition des peuples européens. Nous avons besoin de l’Europe telle quel elle est maintenant, nous désirons néanmoins garder la Hongrie pour les Hongrois.

Le même weekend, la police hongroise a arrêté 4 725 personnes d’origine syrienne et afghane, dont 226 enfants, qui tentaient d’entrer en Hongrie depuis la Serbie. Ils devraient être renvoyés en Grèce, leur point d’entrée dans l’Union européenne.

Cet article s’inscrit dans le projet #OpenEurope. Porté par plusieurs médias européens, il vise à “raconter les solidarités concrètes qui se construisent pour venir en aide aux migrants. Et à défendre un projet européen fidèle à ses valeurs d'accueil, d'asile et d'ouverture”.