Les promoteurs du Partenariat transatlantique sur le commerce et les investissements (TTIP) entre l’Ue et les Etats-Unis ont commis une grossière erreur. Peut-être qu’ils ne se rendent compte qu’à présent que l’ébauche de l’accord a été révélée par Greenpeace”, écrit ainsi Alexander Hagelüken dans la Süddeutsche Zeitung. Pour l’éditorialiste, “L’obsession de Washington pour le secret a projeté sur les négociations l’ombre d’un complot contre les Européens”, et en effet, “certaines demandes des Etats-Unis vont contre les intérêts des citoyens de l’Union”, comme l’abandon du principe de précaution. Si les Européens sauront défendre des principes essentiels, comme la protection des consommateurs, “la souveraineté des règles sanitaires et environnementales” et “la protection des investissements”, à ce moment là, ajoute Hagelücken,

le TTIP peut devenir avantageux pour les citoyens. Le libre échange est le cœur de l’économie de marche et il a contribué au bien-être de l’Europe. L’objectif du TTIP doit être de faciliter les échanges avec les Etats-Unis, mais sans renoncer à nos valeurs. Tout compromis comporte des concessions, mais elles ne peuvent aller à l’encontre des intérêts des citoyens. Si Washington s’obstine à faire des demandes inacceptables, l’Europe ne doit pas se plier. Au prix de renoncer à l’accord.

L'UE et les Etats-Unis doivent éviter l'opacité pour sauver l'accord commercialaffirme pour sa part El País dans un éditorial non signé. Le quotidien rappelle que “le protectionnisme est un obstacle à la prospérité et un mauvais présage pour la stabilité politique générale”, et donc que “l'objectif global [du TTIP] est raisonnable : l'intensification des relations commerciales et financières pourrait apporter une meilleure chance d'augmenter le bien-être des citoyens, principalement par le biais de la création d'emplois. *” Toutefois, ajoute-t-il “ni l'excessif blackout dans lequel les négociations ont été menées ni les pressions des groupes d'intérêt afin de réduire les garanties des échanges commerciaux ne vont dans la bonne direction.*”

Les documents révélés par Greenpeace confirment pour El País

certaines des craintes mis en avant dès le début : les intentions d’abaisser les niveaux de la réglementation européenne sur les aspects essentiels du traité. […] La volonté de Washington, apparemment acceptée par la chancelière Angela Merkel lors de la récente visite du président Obama en Europe, de clore les négociations avant la fin de cette année pourrait conduire à un mauvais accord. […] Par souci de sauver le projet , les autorités européennes seraient bien avisées de lever l'opacité jusqu'ici prédominante. […] Dans le cas contraire, le spectre du protectionnisme se conjuguera avec le pire moment depuis la naissance de ses institutions.